Saturday, January 15, 2005

Mon voyage à Milan

Je vous fais un premier résumé, sans photos, car le temps me manque. Désolé.

J'étais donc en vacances du 5 au 9 janvier dernier. J'ai passé par Sion, pour finir à Milan.

Le 5 janvier était le début de mes très courtes vacances en Italie. En chemin, je me suis arrêté à Sion, capitale du canton du Valais, pour rencontrer une amie. Elle m’a fait visiter un peu. Il faut dire qu’il n’y a pas tant de choses à visiter que ça à Sion…
J’ai pu voir les fortifications anciennes.
C’est assez mignon aussi, ces lumières qu’ils ont mis un peu partout dans la vieille ville. Ça met de la couleur, bien que ça fait un peu kétaine par bouts.
On a pris le temps de prendre un verre dans un petit café local, c’était simple et bon comme moment.
Par la suite, j’ai pris le train pour Milan. J’étais dans l’EuroCity Trenitalia. Ces trains-là sont bizarres, avec les sièges orange et les appuie-tête à hauteur ajustable… juste très spécial comme arrangement. J’étais avec une mère et son bébé.
J’ai lu un livre écrit par un frère de Paris « Le Royaume de Dieu », qui étudie bien le sujet, au niveau rédaction, j’aurai quelques commentaires à lui donner, mais je suis heureux de lire le travail fait par cet ami.
Arrivé à Milan, un frère et une sœur de l’église m’attendaient à la gare. Ils m’ont reconduit jusqu’à Gorgonzola, où vit le frère qui m’hébergeait.
Le 6, pratiquement tout était fermé à cause de l’épiphanie. J’en ai profité pour dormir abondamment. En soirée, nous sommes allés jouer au billard avec un frère et une sœur. Ensuite, ce fut une pizza chez Pastario/Pizzarito, où vous pouvez presque tout choisir de votre repas.
Le 7, je suis allé voir la cathédrale Duomo, qui est assez impressionnante. L’intérieur fait penser à un musée, car ils ont mis tout plein de peintures sur les deux cotés de la nef.
J’ai été assez surpris par une jeune femme qui avait allumé un lampion, et qui avait touché la plaque en dorée de la couronne d’épines, devant la croix, avec beaucoup d’adoration. J’étais frappé d’un coté par l’admiration de son amour pour Jésus, en même temps que j’étais choqué par le principe de réduire cela à un objet.
Il y a le sarcophage d’un évêque embaumé dans la crypte.
La chose vraiment intéressant dans cette cathédrale, c’est la basilique paléochrétienne dans le sous-sol. On y voit le bassin du baptistère. Le bâtiment était à part de l’endroit d’assemblée et était fait pour l’immersion. On voit bien que la pratique du baptême à l’époque était bien celle de l’immersion totale, symbolique de mort et résurrection. C’est un contraste avec le baptême médiéval et célébré actuellement dans la tradition catholique, où seulement quelques gouttes sont versées sur la tête.
Ce qui est encore plus impressionnant, c’est de savoir que c’est à cet endroit, au 4e siècle, que l’évêque Ambroise baptisa un philosophe nommé Augustin. Pour ceux qui ne connaissent pas trop, St Augustin est un des théologiens les plus influents de l’histoire de la chrétienté. Il est toujours cité et sa vision des choses définit encore un peu comment nous pensons aujourd’hui.
Après ce moment dans l’histoire, je suis allé à la Galeria toute proche. J’ai été surpris de la file d’attente devant le magasin de Gucci. J’ai trouvé un CD pas trop cher au Recordi MediaStore.
Par après, je suis allé au Castello Sforzesco. Le musée est gratuit après une certaine heure, et j’ai pu voir seulement une partie de l’exposition. Certaines salles sont décorées de manière impressionnante, particulièrement cette salle-forêt. Il y a un chef-d’œuvre de la collection du musée qui est la dernière sculpture de Michelangelo. Ce qui est intéressant, c’est que c’est une sculpture est un remodelage d’une sculpture plus ancienne, et que Michelangelo est more durant qu’il la faisait, la laissant inachevée.
En soirée, nous avons mangé un risotto milanais. La recette nécessite une épice spéciale qui rend le riz jaune et qui est dure à trouver à l’extérieur, apparemment. Nous sommes ensuite allé louer le DVD de la vita è bella, mais il n’avait pas de sous-titres ou quoi que ce soit :’(. Donc, nous nous sommes rabattus sur « le monde de Nemo », que j’ai vraiment aimé.
Le 8, nous sommes allés prendre le petit déjeuner dans un café, selon la tradition. J’ai pris un capuccino (bien meilleur que plusieurs que j’ai bu). J’ai mangé un croissant à la confiture (la confiture est à l’intérieur) et une pâtisserie à la crème. Je suis allé à la gare, et j’ai posté des lettres. J’ai rencontré un homme âgé qui avait besoin de compagnie. Il m’a raccompagné à un marché qui a lieu tous les samedis près de la Piazza Genoa. Ensuite, à proximité, je suis allé visiter le Museo San Eustorgio, annexe à l’église du même nom. Dans cette église, on trouverait les « authentiques » ossements des rois mages, selon la tradition. J’ai surtout trouvé que le musée faisait un entrepôt de « saintes reliques », bien que certaines pièces étaient vraiment belles.
J’ai ensuite marché jusqu’à Duomo de là. J’ai traversé les fortifications de la ville. La rue avait beaucoup de jeunes au look plutôt punk. Je me serais senti mal à l’aise de nuit. Au passage, je suis rentré dans la FNAC (et oui, il y en a aussi en Italie) et je me suis encore trouvé des CD pas trop cher. Je dois avouer que je me suis fait un peu trop de cadeaux à moi-même…
J’ai mangé des noix chaudes locales, les Caldaroste. C’est surprenant comment elles deviennent molles une fois chauffées ! Molles et très bonnes :)
Ensuite, j’ai marché jusqu’au Museo Poldi Pezzoli. Ils ont des beaux meubles dans leur collection. J’ai bien aimé cette pièce qui a une carte du monde connu (tel que représenté à l’époque). Il y a aussi des armes dans la collection, un vieux tapis gros comme le mur, beaucoup de fine dentelle d’époque, etc. C’est une des collections les plus variées que j’ai vues.
Par après, j’ai marché jusqu’à Piazza Venezia pour rejoindre une sœur. Nous avons passé environ une heure ensemble dans le parc à proximité. C’était très agréable comme simple moment.
Nous sommes ensuite allés au restaurant Pizza OK, qui a la plus grande sélection de pizzas que je n’aie jamais vu. J’ai choisi une pizza aux noix et graines de sésames. Je doute jamais en revoir une comme ça ailleurs !
Le 9, je suis allé au culte de l’église. Une sœur a fait la traduction en anglais pour moi et pour une sœur de Californie.
Par après, un groupe est allé manger chinois à proximité, et nous avons marché jusqu’au Refettorio domenicano di Santa Maria dell Grazie, où est hébergé un des chefs d’œuvre de Leonardo Da Vinci, Ultima Cena (le dernier repas). Une des sœurs qui nous accompagnait travaillait pour les musées et nous a permis de sauter la file. Seulement des petits groupes peuvent rentrer dans la salle, et il y a plusieurs sas et tout et tout. Apparemment que l’œuvre survit mal au passage du temps, à cause des peintures choisies par Da Vinci.
Par après, c’était la visite du Museo Nazionale della Scienza e della Tecnologia Leonardo Da Vinci. C’était bien, surtout la galerie sur le travail de Da Vinci. Il y avait aussi des zones interactives où on pouvait jouer avec les inventions réalisées. Le genre de truc pour les enfants ! Il y avait aussi une mini-gare dans le musée avec beaucoup de veilles locomotives. En général, j’ai quand même été peu marqué par ce musée. On se demandait souvent où était l’Italie dans l’évolution de la technologie, car c’était tout plein de référence à des innovations de partout ailleurs ! Aussi, il y a peu de panneaux en anglais, ce qui fait qu’on ne peut pas lire les informations. C’est un des défauts majeurs des musées Italiens, selon ce que j’ai vu, c’est que c’est pas vraiment « tourist-friendly »
Ensuite, j’ai eu un déboire pour prendre le métro. Les machines ne prennent pas toutes les pièces de monnaie, et j’ai donc dû courir après des gens pour me changer ma pièce de deux euros.
Au final, j’ai pris le train, et j’étais de retour à Lausanne vers 23 :35. J’ai parlé en route avec la femme en face de moi. J’ai parlé de Dieu surtout. Si elle est vraiment sérieuse dans sa recherche de Dieu, nous nous recroiserons, pour sûr.

No comments:

Post a Comment