Monday, October 18, 2004

Retour en Suisse et semaine haute en couleurs

Donc, donc, donc.

J'ai joué à Sim City 4, travaillé fort, fait mes bagages, visité un musée et retourné en Suisse. Oh, et la rentrée commence aujourdh'ui.

Lundi dernier, après le travail, j'ai joué à Sim City 4. Ils ont fait des choses assez bien, surtout au niveau du graphisme et tout, mais j'ai trouvé le jeu plus compliqué que le 2000. En vérité, je n'ai pas touché à l'option de conduire dans la ville, ou d'établir des sims et de voir leurs états d'esprits. Donc, deux merveilleuses fonctionalités que je classe comme inutiles. Le jeu a toujours son pouvoir absorbant et fascinant, mais je ne me l'achèterait pas.
Durant la semaine, j'ai fini mes malles et passé du temps avec mes colocs. J'ai oublié de vous parler de la soirée musique rétro que nous avons fait. Nous avons écouté de veilles cassettes avec les pièces des années 60 et 70. Les mecs se sont trop tordus de rire, avec les souvenirs que ça ramène et tout. C'est quand même surprenant la quantité de remake de pièces en anglais qui ont été populaires (et pas toujours très bonnes... "fich' le camp Jack" étant une très pâle copie de l'original...)
Nous avons dû virer l'autre stagiaire dans l'équipe J2ME au boulot... il ne suivait pas la cadence et faisait des erreurs vraiment trop banales. Mon patron m'a offert de travailler à distance avec des conditions intéressantes pour un mois, et on négociera les conditions pour ce qui est de la suite. Il y a beaucoup de facteurs en jeu. J'ai commandé un portable Dell avec la promo de l'EPFL. L'offre est bonne, et tout est pré-configuré pour moi, ce qui facilite un peu les choses. J'aurais pu acheter moins cher, mais avec de moins bonnes garanties, et de marques moins connues, ou des machines qui n'ont pas d'intérêt long terme. J'espère pouvoir le rentabiliser d'ici février. Comme je le disais, beaucoup de facteurs en jeu.
Vendredi, panique générale. Après un repas d'adieu avec les collègues de l'incubateur, la crise éclate. C'était le deadline pour mes bourses et un des intervenants n'avait pas remis ce qu'il devait remettre. Après avoir épuisé les moyens de le rejoindre, j'ai demandé à mes amis de prier, et j'ai prié aussi, pour me calmer aussi. J'ai pu mettre ça de coté et m'amuser cette soirée-là, dans un petit souper d'adieu avec les frères et les soeurs.
Samedi, je suis allé à un musée d'art brut nommé La Fabuloserie. J'ai adoré et j'ai bien été supris. Dans plusieurs oeuvres, les auteurs exprimaient leurs douleurs et leurs souffrances par l'art avec beaucoup de créativité. Comprenez bien que je n'achèterais pas ce genre de truc pour le mettre dans mon salon...
Une chose impressionante était le manège de Petit Pierre. Il s'agissait d'un homme qui était né déformé et handicapé, rejeté de tous avec presque pas d'éducation. Il a monté, avec de la tôle et des couroies, principalement, une grande oeuvre avec des pièces en mouvement et une "tour eiffel" au centre. On y voit des avions, des scènes du quotidien, etc. Le frère de Petit Pierre, qui était ingénieur en aéronautique, était même supris de certains des mécanismes qui étaient utilisés, et les comprenaient à peine.
Bien des choses à raconter! Je vous encourage à visiter vous-même.
Dimanche, c'était le retour. Je me suis levé à 5h30 du matin pour aller prendre l'avion. Un des frères m'a accompagné. Tout s'est bien déroulé. Je me suis retrouvé à Genève avec un frère et deux soeurs et nous avons pris un verre (de sirop pour moi) avant de nous séparer. Je suis resté avec ce frère toute la journée (j'en ai profité pour faire une sieste), puis allé au culte du dimanche. Les gens étaient encouragés par les nouvelles que j'ai amené de Paris.
En soirée, retour à Lausanne. J'ai défait mes valises et je suis en processus de tout remettre en place dans ma chambre.

No comments:

Post a Comment