Tuesday, September 7, 2004

c'est bizarre comment ça tombe tout en même temps

Y'en a des meilleures, comme il faut en avoir des pires...

Dure semaine au boulot. Mon collègue devait partir précipitamment en Inde, ce qu'il a fait.
Rendu au moment de faire le démo à mon patron, il n'était pas satisfait, a noté beaucoup de choses à corriger et à améliorer.
Bon joueur, il remet la prime en jeu plutôt que de ne pas la donner. Il faut dire que le contexte le force à déployer des moyens pour avoir des résultats rapidement. Des compétiteurs sont agressifs, et il y a une offre de partenariat qui nécessite des démonstrations à la "mieux vaut tôt que tard".
J'ai regardé quelques CVs et j'ai fait une entrevue lundi. On a décidé d'engager le gars, finalement. Je n'ai pas aprécié le départ précipité de mon collègue, et j'essaie de voir les plans paliatifs pour que je puisse avoir de l'aide rapidement. À peu près n'importe qui que je trouve sur le marché devra être formé. J'avais un seul candidat avec un peu d'expérience, et il est pris. Former quelqu'un, c'est positif pour l'avenir du projet, mais très négatif pour ce qui est des objectifs à court terme. Histoire d'avoir de la performance à court terme, j'ai contacté quelques personnes que je connais par le 'net qui ont une certaine compétence.
Donc, j'ai pas mal travaillé cette semaine. J'ai dû régler un problème critique qui vient de surgir, qui n'avait pas été détecté dans les tests précédents.
J'ai du fil à retordre pour implémenter une fonctionalité, et ma liste d'options simples se raccourcit. De nouveaux standards à comprendre, etc. J'ai eu des moments plus plaisants.
Question sommeil, j'imagine que le tout n'a pas aidé. J'ai eu de la misère à bien dormir cette semaine. Il faut dire qu'il y avait d'autres facteurs en jeu, donc je ne veux pas tout blâmer sur le boulot.
J'ai passé un peu de temps à traduire une étude qu'un frère de Genève avait fait en anglais. C'est un peu dingue de traduire le travail d'un francophone, mais je sais que sa femme et ses enfants le garde suffisamment occupé. J'essaie de distribuer à Paris des études que j'ai de frères du Québec et de Suisse, histoire de contribuer un peu à la vie spirituelle de l'église. Ma lecture personelle et mes propres recherches avancent à un pas de tortue, mais rien de critique. J'ai trouvé quelques proverbes qui soutiennent ma compréhension première de Luc 16:1-13 (Parabole de l'économe) et j'ai espoir d'écrire quelque chose sur le sujet d'ici la fin du mois. Je ranime un rêve que j'avais eu il y a un certain temps, et j'en dirai plus quand il se réalisera.
Quant à mes préocupations académiques, je n'ai toujours pas eu de réponse de plusieurs à Concordia, et cela me déçoit beaucoup. En faisant une bête recherche sur Google, je découvre un groupe de recherche en Allemagne qui donne un cours précisément sur mon sujet d'intérêt. Cela amène une autre possibilité. Néanmoins, je me laisse une semaine avant de décider si je commence la procédure. D'une manière ou d'une autre, l'option californienne m'apparaît de moins en moins intéressante. Le seul fait de devoir faire l'examen GRE Computer Science d'ici Novembre est assez pour refroidir bien des ardeurs.
Je continue à prier pour que Dieu m'éclaire. J'ai trouvé des passages dans la Bible très inspirants. Je suis confiant que Dieu guidera mon choix, et que les options "évidentes" ne sont pas toujours les meilleures.
Autrement, j'ai passé pas mal de temps au téléphone avec des frères du Québec et ça m'a fait du bien.
Ce dimanche, je suis allé au culte à la Défense. Le Grand Arche de La Défense et tout le secteur est bizarre... c'est un débordement de gros bâtiments de grosses entreprises super modernes. L'arche en tant que tel loge des bureaux et je ne vois pas pourquoi on l'apelle La Défense, car il n'y a pas de référence à l'armée ou quoi que ce soit du genre. Bref, pas trop de photos à prendre. Il y a bien des touristes qui en prennent, mais le "pourquoi" demeure mystérieux.
En après-midi, je suis allé avec un frère et doeux soeurs à la butte-aux-cailles dans un petit restaurant basque manger des super-salades. Imaginez un gros bol d'une trentaine de centimètres de diamètre et une quinzaine de haut, avec de la salade, un peu de jambon, du fromage, de la pomme de terre frite, etc. Miam!
Ensuite, nous sommes allés dans un parc à proximité de Place d'Italie et avons papoté, beaucoup de nos pays respectifs.
Par après, je suis allé voir le film "Le Village" avec une des soeurs et j'ai vraiment aimé. L'auteur a su bien dérouler l'histoire de manière à ce qu'on comprenne tout sans trop dévoiler de punch. Le film montre bien l'isolation et la manipulation, et pose donc la question... quels mensonges et sacrifices sont acceptables pour le bien de la prochaine génération?
Personellement, je crois que les anciens du film ont simplement fuit la réalité et le monde, plutôt que de combattre le bon combat et y amener de la lumière. Leurs souffrances les a amené à douter de leur impact sur les gens, et ils ont abandonné, on dirait. J'étais déçu du manque de caractère religieux de la vie de la communauté. On dirait qu'ils imitaient les colons quaker et autres, et les thèmes religieux surfacent sans être vraiment exploités. Cela aurait permi de raffermir l'intense dichotomie entre le rêve des anciens et le mensonge qu'ils devaient entretenir.
On peut voir à quel point l'opinion d'une jeune personne peut être si solidement enraciné par l'éducation. Ça illustre bien comment une nouvelle génération peut être convaincue de XYZ (que ce soit une doctrine religieuse particulière, ou une conception du monde, ou quoi que ce soit d'autre) sans se poser de question.
Dans le cas du film, on voyait les jeunes qui montaient la garde, protégeaient les frontières, avec des convictions profondes et réelles qu'un ennemi mystérieux pourrait passer à l'attaque à tout moment.
J'espère que, admettant que Dieu me bénisse d'une famille, Il me bénisse également de la sagesse d'éduquer mes enfants avec la capacité de tout remettre en question (pacifiquement), analyser critiquement, et de bâtir leurs convictions. Il serait innaceptable qu'ils croient en Dieu "parce que mon père me traînait à l'église depuis que je suis tout petit". Je crois que les gens aptes à remettre en question une doctrine (tout type de doctrine et vision de la réalité... incluant particulièrement la sphère politique) proposée sans cynisme, ni déconstructionisme, ni rage se feront de plus en plus rares dans les temps à venir, et que cette capacité sera donc de plus en plus précieuse.
Toute médaille a ses deux cotés, et la réalité est telle un diamant dont on ne peut voir toutes les facettes à la fois. Mais cela ne veut pas dire qu'il faut en regarder qu'une seule...
Je philosophe, c'est comme ça ;) Ne me demandez pas de parler des parallèles spirituels entre Spider-Man 2 et la vie de foi :P :)

No comments:

Post a Comment