Tuesday, June 1, 2004

Vézelay

Fin de semaine de retraire spirituelle en France...

Le tout était organisé par l'aumonerie de l'école.

On est allé à la basilique de Vézelay, puis à l'abbaye de Fontenay.

Jour 1: Se rendre
Départ à 9h du mat à Lausanne, en TGV. On s'est rendus à Dijon, puis avons pris le TER pour Montbard, puis le bus jusqu'à Avallon.
De là, nous avons marché environ 18-19 km jusqu'à Vézelay. Le début de la marche est dans la forêt avec un sentier plus ou moins accidenté qui était dur pour les pieds...
Le reste était des sentiers de forêt plus raisonnables et quelques bouts dans les villages en route.
Nous sommes arrivé à environ 20h30 là-bas, une marche de plus de 6 heures.
Après s'être installé à la maison de Béthanie, nous sommes allés à la vigile. Nous avions une chandelle dans les mains, et presque tout l'office était chanté.
Il a falu filer en douce, pour aller manger dans une crèperie, car nous n'avions pas soupé. J'ai mangé une galette bourguignone qui était très bonne. C'est une crèpe en farine de sarrasin avec du jambon, des oeufs et quelques autres choses.
Je me suis couché crevé, mais mon esprit était pas au repos.
Jour 2: Célébrer
Ils ne m'ont pas réveillé d'avance, ce qui a fait que j'ai manqué les Laudes à 8:00. Nous avons déjeuné puis ils sont allés à la messe (sauf une qui est allée dans un musée). De mon coté, j'ai mangé le pain et le vin dans une petite chapelle un peu trop touristique à mon goût. J'étais frustré et je me suis assis sous un arbre pour chanter, jusqu'à ce qu'une autre bordée de touristes passe...
J'ai marché jusqu'à l'autre bout de la ville pour avoir un petit coin tranquille, avec une voiture qui passait une fois de temps en temps.
La cathédrale:
resized-106_0608.jpg
Nous avons pris un repas au bord d'un champ, en faisait un détour de la route de Compostelle:
resized-106_0696.jpg
Après le repas, nous avons fait quelques achats et on s'est rendu dans la basilique pour une visite guidée.
resized-106_0699.jpg
La guide amenait les thèmes spirituels d'une manière abordable sur tous. J'ai surtout retenu les sculptures du veau d'or et de David contre le lion.
Le portail d'entrée:
resized-107_0701.jpg
Pendant la révolution française, les gens ont débarqués dans la basilique et on lapidés les murs et les sculptures. Jésus en a perdu une main. Jean-Baptiste est pratiquement impossible à reconaître... Le dommage, par contre, s'est arrêté à ce niveau-là, les révolutionnaires n'ayant pas entré dans la basilique en tant que tel.
L'ouverture graduelle des portes:
resized-107_0702.jpg
resized-107_0704.jpg
resized-107_0705.jpg
La cathédrale est vouée au culte de Marie-Madeleine, avec ses "reliques" dans la crypte. Ces fameuses reliques sont au coeur d'une bataille pour les dons entre différents lieux de pélerinage dans l'histoire. Le coeur est gothique et le reste est de style romand. Aucun vitrail ne distrait, et la décoration se limite surtout au chapiteaux des colonnes, les portails et quelques statues dans le déambuloire.
L'archange Michel qui triomphe de Satan, montré ici avec la tête du basilique, monstre mythologique qui pétrifait du regard:
resized-107_0706.jpg
La générosité qui pointe du doigt l'avarice. L'expression faciale est vraiment marquante. Les sculpteurs ont su animer les personnages d'une manière marquante.
resized-107_0707.jpg
La crypte. Je n'ai pas pris des photos des reliques, car il y a trop de monde qui s'y jètent...
resized-107_0708.jpg
Les lions qui écrasent un homme... symbolisme du péché qui écrase et ensevelit l'homme:
resized-107_0719.jpg
David qui affronte le lion. Le petit berger est étrangement serein. Fait surprenant, il tient la gueule du lion overte avec ses mains, un peu comme un mords de cheval.
resized-107_0721.jpg
On voit ici la déshumanisation du pécheur. À droite on voit une femme rendue aveugle par le péché, dénudée, et proie pour le serpent.
resized-107_0722.jpg
Il moullait à ciaux pas mal tout l'après-midi.
Après la visite, nous sommes rentrés nous préparé, et nous avons pris le taxi pour retourner à Montbard, notre bus ayant été annulé la veille aparamment.
Rendus à Montbard, nous nous sommes installés à l'hôtel de la Sirène et sommes allés manger au Voltaire. La bouffe était simple et pas chère
Jour 3: Fontenay
Nous avons marché de Montbard à Fontenay pour aller à l'abbaye. Il y avait environ 300 frères sisterciens qui y vivaient pendant un temps. Après la révolution, les édifices étaient utilisés pour de la papeterie.
Les frères là-bas faisaient de la recherche, en autres, sur la pisciculture et l'hydrologie. Ils ont inventés le marteau de forge actionné par l'hydraulique.
Il y avait une ségrégation entre les nobles (qui faisaient de la recherche, de la transcription, du tissage, etc.) et les paysans, qui travaillaient aux champs.
On vivait en vase pratiquement clos face au reste du monde, dans des conditions assez horribles, selon la règle de St. Benoit, qui réglementait l'organisation de l'abbaye autant au niveau des rôles, de la géographie que de la vie courante. L'espérance de vie d'un moine était d'environ 30 à 35 ans, pas mal moins que la normale de l'époque.
Le sentier dans la forêt:
resized-107_0728.jpg
La porte d'entrée de l'abaye:
resized-107_0729.jpg
Le frère portier était un des trois qui avaient droit de contact avec le monde extérieur. Seulement l'abbé, le portier et un autre frère pouvaient sortir du vase clos de leur groupe respectif.
On voit les forges au fond:
resized-107_0730.jpg
Quand un seigneur local passait pour chasser, il laissait ses chiens à un endroit bien choisi:
resized-107_0749.jpg
Le pigeonnier, l'église et la boulangerie:
resized-107_0750.jpg
En échange du droit de chasse sur les terrains de l'abbaye, les seigneurs du coin ont donné à l'abbé le droit de justice et le droit de pigeon. Il y avait plus d'un millier de pigeons dans ce pigeonnier.
La boulangerie servait principalement à nourrir les voyageurs et pélerins qui passaient. Il est à noter que les étrangers à la communauté ne pouvaient en aucun cas se mélanger aux frères (sauf pour le portier et l'abbé). Il y a donc une église pour les frères et une église pour les voyageurs.
L'eau est très présente sur le site, puisque la puissance hydraulique était un élément central de l'abbaye. On peut supposer que les fontaines ne sont pas d'époque...
resized-107_0732.jpg
resized-107_0734.jpg
On voit ici la conduite forcée qui alimentait la forge:
resized-107_0736.jpg
Une porte en fer forgée. Le travail de fer forgé fait à l'abbaye était impressionant. J'ai vu une malle avec un mécanisme très complexe, des portes, etc.
resized-107_0738.jpg
Reproduction de la forge d'époque. Il est à noter que le marteau et le soufflet était actionnés hydrauliquement.
resized-107_0739.jpg
Cette salle était le lieu de rencontre des frères de coeurs. On pouvait y parler un peu le matin. C'était le seul moment où la parole était permise. On y lisait des lettres, partageait des résultats de recherche, confessait ses péchés, et aussi où un élisait l'abbé.
resized-107_0741.jpg
La salle de travail des frères de coeur. On y faisait de la recherche, de la transcription, du filage, etc. Évidemment, plus on est proche des fenêtres, plus on transcrivait des choses importantes. Ceux qui faisaient du travail manuel étaient dans le fond, loin des fenêtres.
resized-107_0744.jpg
Les frères se rassemblaient dans leur chapelle le dimanche. Elle leur était réservée. Aucune couleur ni motif humain, si ce n'est que d'une statue de la vierge peinture. L'objectif était d'enlever tout ce qui pourrait être distrayant.
Fait à noter, c'est le seul moment où les frères travaillant dans les champs étaient avec les frères de coeur.
resized-107_0746.jpg
On a pris notre repas à une des sources qui nourrit l'étang, à quelques minutes de marche de l'abbaye.
resized-107_0751.jpg
Ça c'est de l'eau de roche!
Au retour, on passait pas un site de mines désafectées. Puisque tout est bouché, c'est sans intérêt. Par contre, j'aimais bien la forêt.
resized-107_0754.jpg
On pouvait voir l'orage s'en venir...
resized-107_0755.jpg
De retour à Montbard, on a été mouillés dans un gros orage. Mes chaussures en sont encore trempes.
La gare de Dijon:
resized-107_0757.jpg
Retour en TER jusqu'à Dijon, puis TGV jusqu'à Lausanne. J'ai beau sourire, j'étais fatigué. De plus, ce que la photo ne montre pas, c'est que j'étais nu pieds dans le train, histoire de pas trop souffir de mes godasses détrempées :)
resized-107_0760.jpg

No comments:

Post a Comment